jeudi 28 avril 2016

Intervention en Conseil municipal du 28 mai 2016


Point 3 Projet Interreg V A – Grande Région – Projet Pierres numériques 

Quelle heureuse nouvelle !
Nous le savons tous, la coopération territoriale est un élément clé de l'objectif du juste développement territorial poursuivi par l'Union européenne. La coopération transfrontalière en Europe est le produit de l’action d’une gouvernance commune à niveaux multiples, entendue comme un processus d’action publique faisant intervenir différents types d’acteurs situés à différents niveaux, en l’occurrence les organisations européennes, les autorités territoriales et les États. Les mouvements de globalisation des économies et d’intégration régionale supranationale, favorisent le dépassement des frontières et les espaces frontaliers deviennent l’objet d’enjeux renouvelés. Ces enjeux sont bien plus les nôtres que ceux de Monsieur Junker. Les zones transfrontalières sont des territoires stratégiques en termes de développement, dans un monde finalement sans frontières où le modèle de l’État-nation cède le pas – tout au moins sur le plan économique – à celui des « États-régions », tels que l’Italie du Nord, le Bade-Wurtemberg ou encore les régions métropolitaines où les villes se sont engagées dans le processus de métropolisation à plusieurs niveaux d’intervention. Dans cette affaire, Metz est une ville motrice car nous savons ce que Metz peut et doit devenir : le cœur d’un bassin de vie où il fait bon naître, grandir, étudier, travailler, vieillir et, dans l’intervalle, vivre ensemble et pour le siècle tout entier !
8,95 milliards d’euros à partager pour 2014-2020 entre les 28 États membres, c’est dire que les 1,3 millions d’euros sur les 2,2 millions – 60% de financement sont une goutte d’eau à l’océan auquel nous pouvons prétendre encore afin de valoriser cette première pierre numérique et toutes les autres Pierres numériques à venir – 7,5 millions de projets patrimoniaux et culturels, quelle chance pour Metz !
Sur le chemin de l’inscription au Patrimoine de l’Humanité de Metz Royale et Impériale, aucun effort n’est vain et cet effort singulier est un atout majeur !
L’Europe, dans ses tergiversations interminables, « j’accueille, je n’accueille pas », « j’interviens, je n’interviens pas », entre autres, se laissant devancer par le bon sens et le culot d’un Pape plus politique désormais que l’Europe elle-même, plus engagé dans les drames de son temps. Cette Europe a besoin plus que jamais que des collectivités comme les nôtres, au plus proche de la vie des citoyens pour intervenir, pour faire les bons choix, en leur nom, avec elles et eux et pour elles et eux, sans peur de ce destin commun naufragé, quelque part, en mer méditerranée, certainement…Il nous reste à le sauver et il n’est pas trop tard.
NDO

 

 

 

Interventions en Conseil municipal du 31 mars 2016

Point 4 – Ratification à la CEDH

Monsieur le Maire,

Chers collègues,

Je salue la ratification de la Charte Européenne des Droits de l‘Homme dans la Ville qui fait de Metz so, 404ème signataire !

Les Droits de l’Homme et les Collectivités territoriales françaises sont respectivement le Global et le Local.  Entre ce « Glocal », les Messins et leur quotidien sont plus que concernés !

Intégration des étrangers, droit de vote aux étrangers, égal accès au logement, protection des mineurs, emploi, droit à un environnement sain, protection de la santé, droits culturels… Autant de responsabilités incombant à notre municipalité et mettant en cause les droits de l’Homme. Dans ce contexte, les instruments se multiplient ; c’est le cas de ce texte  important.
Longtemps, les droits de l’Homme ont été l’affaire exclusive de l’Etat, (rôle du législateur et du constituant en matière de libertés) comme sur le plan international (négociations par l’exécutif et loi de ratification éventuelle du Parlement). Différents facteurs, sociaux, politiques et juridiques, ont contribué à changer la donne : montée des interdépendances, intégration dans l’Union européenne, internationalisation du droit et décentralisation d’où le rôle nouveau pour les Villes comme la nôtre, qui n’a pas peur de s’engager ! Respecter la diversité des contextes sociaux locaux,  c’est faire respecter les droits de l’Homme partout,  en vue d’une universalité concrète. Nous y prenons toute notre part et nos concitoyens tout autant.

N’oublions pas que ces mêmes droits fondent nos politiques publiques locales, leur stratégie, leur évaluation et la conquête de progrès pour tous !

Respecter les droits de l’Homme, nous encourage donc à améliorer nos services publics locaux, tous les jours. Un exemple concret, ici, Metz propose la possibilité de traduction/interprétariat lorsque les usagers étrangers qui se présentent à nos services en ont besoin.

Metz est pleinement engagée dans le tissu de réseaux européen et international, à part entière, (D.Tran) Les interconnexions et les complémentarités, en matière de droits humains n’auront cesse de s’approfondir entre l’Etat et la collectivité. Cette ratification est une bonne nouvelle que Metz nous apporte aujourd’hui, pour le bien de ses citoyens, sans oublier tous les autres.

Nous pensons comme Miguel TORGA et agissons en ce sens, « L’universel, c’est le local moins les murs », ce qui fait la beauté de Metz plus grande. L’UNESCO y sera certainement aussi sensible qu’à ses murs !

NDO

mercredi 30 mars 2016

Militer


jeudi 25 février 2016

Intervention Conseil municipal de Metz. 25.02.16

Point 1, 2 et 3 : Création d'un restaurant scolaire sur le groupe scolaire Debussy, sur le l'école de la Seille et Animation de la pause méridienne. 

Monsieur le Maire,

Chers collègues, 
Nous savons tous, ici, que l'école reste le principal enjeu de l'organisation d'une société voulant se défaire de certains déterminismes sociaux tenaces, voire de graines de fanatismes. Aujourd'hui, plus que jamais, l'école est l'outil le plus essentiel sur le chemin de l'émancipation de l'individu. A Metz, nous avons décidé de faire le maximum pour affirmer cette conviction et s'engager, dès la scolarisation de l'enfant à affirmer la Liberté, l'Égalité et la Fraternité. 
Photo de Michel d'Almeida
 
Ni les difficultés de la mise en œuvre de la réforme des rythmes scolaires, ni le changement de ministres, ni même la préparation publique ardue jusqu’à l'avènement d'un PEDT n'aura eu raison de notre détermination à offrir les meilleures chances de bien être à nos enfants.
Ces deux projets ambitieux de création de restauration scolaire à Debussy à la Seille répondent, en tout premier lieu, à la demande des parents messins et préparent l'avenir. Contrairement aux cloches alarmistes sur la démographie locale, le nombre d'inscriptions scolaires et à la restauration scolaire ne cessent d'augmenter d'année après année. A savoir concernant les effectifs scolaires : de 9 312 en 2009/2010 à 9 520 en 2014/2015. Il y avait 2167 enfants inscrits en cantine en 2007/2008 (soit 22,54% des enfants), ils sont aujourd'hui 3 355 (35,24%) en 2015, et 3369, ce jour. Le budget éducation, c'est 13 M€, la cantine scolaire c'est 6 M€ et la réforme des rythmes, c'est 800 000 € en 2015.
 
Signe de confiance des parents messins, signe d'engagement total pour les enfants de Metz et de tous les quartiers, un par un, à tous les moments de la vie à l'école pour former à un métier et à des compétences mais aussi à une citoyenneté épanouie. 
Tous ceux qui opposent leur esprit et leur argument strictement comptables, aussi rigoureux et austère soient-ils ont tort. Oui, ça coûte cher mais sans cet effort, équilibré, constant et déterminé, Metz ne sera pas à la hauteur de ses promesses de développement et d’égalité des chances. Avec nous, c'est hors de question !    
Je me répète, peut-être, en citant l'ancien Ministre, Vincent PEILLON mais il avait tellement raison : "Quand l'école avance, c'est le pays tout entier qui avance".
Bravo Danielle BORI, pour Metz, pour les enfants de Metz et pour le pays tout entier !
NDO
 

jeudi 28 janvier 2016

Intervention en Conseil municipal du 28 janvier 2016.


Points 8 Association Quattropole : subvention et convention d’objectifs et de moyens 2016.

Points 8 Association Quattropole : subvention et convention d’objectifs et de moyens 2016.
Monsieur le Maire,
Chers collègues,

Depuis l’an 2000, l’idée « Quattropole » a fait son chemin et s’affirme, dans la filiation des petits pas et dans la fabrication commune de solidarités de fait initiées par le visionnaire Robert Schuman, sans oublier Jean-Marie Pelt, qui depuis Metz pensa l’écologie urbaine comme universelle et auquel nous venons de rendre un hommage appuyé et mérité. De la simple lettre d’intention qui fonde la coopération entre 4 villes importantes, Trèves, Luxembourg, Sarrebruck et Metz, de chaque côté de cette frontière maudite jadis naguère mais prédestinée à répondre à la promesse qui a pour nom Europe, Quattropole est désormais une association de droit allemand dont le siège se situe à Luxembourg réunissant 10 élus de chaque ville partenaire afin de choisir des projets communs porteur d’avenir commun ! Si, en 1977 François Mitterrand n’hésitait pas à dire : « Quand l’Europe ouvre la bouche, c’est pour bâiller », ici, à Metz, passionnés par cette promesse européenne, nous n’avons pas pour habitude de bâiller. Si le budget commun reste modeste, il a vocation à devenir plus important, sans l’ombre d’un doute, dans les prochaines années, pour respecter les objectifs assignés et présentés clairement dans cette Motion soumise à l’approbation du Conseil municipal. 
Il s’agit bien de projets concrets qui apportent plus à nos concitoyens, à leur quotidien et à leur bien-être : faciliter leur mobilité en mettant tous les acteurs du transport quand nous savons le nombre de transfrontaliers d’aujourd’hui et celui de demain, investir dans l’économie numérique quand nous savons l’attractivité que cette dernière génère, parier sur le développement et le commerce équitables en préparant l’accueil de la prochaine conférence internationale, en la matière. Encourager la vie culturelle et touristique en organisant la promotion de la beauté que nous avons en commun. Approfondir notre intervention publique dans le champ social, en partageant les expériences valables d’accueil des migrants, au cœur d’une actualité douloureuse, de défense de leurs droits et de celui de tous ceux qui ont ce territoire en partage. Un territoire riche d’avenir dont les atouts ont été longtemps sous-estimés, voire ignorés.
Nous y croyions, nous y sommes et nous allons passer des petits pas schumaniens à de plus grands pas, notamment messins pour faire du Quattropole non plus un petit laboratoire de coopération transfrontalier mais un outil majeur de politiques publiques, bénéficiaires à plusieurs peuples européens.
Le choix de Metz pour la tenue du prochain Sommet franco-allemand, en avril 2016, est une belle occasion pour Metz de faire un très grand pas pour l’Europe !
NDO

 

 

Intervention en Conseil municipal du 28 janvier 2016

Point 3 – Versement des subventions 2016 aux 3 principaux festivals culturels messins

Monsieur le Maire,
Chers collègues,

Les Messins se sont habitués à se retrouver dans les rues de Metz, à de nombreuses manifestations auxquelles la Municipalité leur propose de participer, voire de mettre en oeuvre eux-mêmes. Et c’est dans la joie que les retrouvailles ont lieu, à chaque moment culturel, avec Le Livre à Metz, Le Festival Passages et Hop Hop Hop, en particulier. La joie d’être ensemble et la joie de dépasser, ses disgrâces comme ses limites, d’être mieux avec les autres, dans la Cité, grâce à la littérature et aux écrits, aux théâtres du monde entier, aux spectacles vivants de rue, guidés par la créativité et l’innovation d’une équipe comme celle de l’Association Déracinemoa. Vue du ciel, une généreuse centaine de milliers de personnes sont venues écouter, se confondre à la foule, devenir acteurs même, en respectant tous les fabricants de vie culturelle de cachet messin y compris parmi le tissu éducatif et associatif social. La culture, oui, plus que jamais, dans des espaces prestigieux comme l’Espace Bernard Marie Koltès, mais ouverte et mobile, à d’autres espaces : à l’espace transfrontalier comme aux écoles, leurs préaux et leurs salles de classes, aux foyers et aux clubs séniors, aux hôpitaux, partout où vivent et nous attendent les Messins, au plus proche d’eux.
Les festivals qu’il s’agit, ici, de subventionner et de faire vivre sont l’âme de notre Ville, celle de la démocratie aussi, car « la culture est l’âme de la démocratie », pour citer un ancien 1er Ministre de la France, Lionel Jospin, dans sa Déclaration de politique générale de 1997. La culture a un coût, certes, plus restreint, comme d’autres budgets, impactés par le cadre du Nouveau Contexte Financier, mais n’a pas à se résumer à de l’analyse fermée comptable ou idéologique. Surtout, notre démocratie locale mérite les efforts les plus mobilisés, nos efforts, contre l’ignorance et contre la peur de l’autre. La culture demeure un levier puissant d’émancipation et d’élévation individuelle comme collective, debout contre les déterminismes tenaces d’ordre social, notamment qui enferment les uns et les autres dans certains quartiers, ad vitae eternam, par exemple, ou à les empêcher, où qu’ils soient, de réaliser leur rêve français, n’en serait-ce qu’un morceau.
La culture est bel et bien une chance d’être bien et mieux ensemble.

Enfin, « l’homme de culture doit être un inventeur d’âmes » écrivait le poète Aimé Césaire et nous sommes des hommes et des femmes de culture, à Metz, dans le respect de la singularité de chacun, engagés à animer la vie de Metz, tolérante, belle, prometteuse, faite d’identités culturelles, plurielles, différentes, vivantes et précieuses, garantie d’un avenir commun plus fraternel.

Bravo et Hop Hop Hop !

NDO