mercredi 30 novembre 2016

Intervention en Conseil municipal du 24.11.16

Point 3 – Signature du Projet Social de Territoire et de la convention Territoriale Globale de Services aux Familles
 
Monsieur le Maire,
Chers collègues,
 
« La République, n’est pas faite pour cacher la misère du peuple mais pour la reconnaître et la guérir” (Discours de Limoges de Jean Jaurès du 8.10.1908). C’est bien dans cet esprit républicain que Metz est signataire d’un Projet Social de Territoire et de la convention Territoriale Globale de Services aux Familles. Nous nous sommes engagés dans cet esprit, pour n’oublier personne sur la route du progrès.
 
Nous savons tous la crise que notre continent européen, ses États et ses peuples ont pu traverser et traversent encore. Metz n’échappent pas à quelques indicateurs socio-économiques préoccupants mais dont l’intervention publique sait, peut et doit corriger. Un projet social de cette envergure où tous les partenaires publics – Ville/CCAS/CAF/CD/DDCS répondent à l’appel, ensemble, contre toutes les inégalités pour poser les diagnostics et administrer les bons remèdes afin de ne plus miner notre état de santé général, notre qualité de vie et notre avenir commun.
L’innovation sociale suppose que les usagers se trouvent et se retrouvent au cœur des dispositifs proposés pour améliorer leur vie au quotidien. Mieux écoutés et mieux accompagnés, leur citoyenneté ne sera que plus réelle, épanouie et prometteuse. C’est l’objet de la création de l’Observatoire et des 36 axes de travail pour 2016-2020.
 
La solidarité est une affaire de tous et de tous les jours. Les axes de travail définis prioritaires tels que la Petite enfance et la parentalité, l’enfance-jeunesse, l’animation de proximité, la lutte contre la précarité et l’accès au droit, le logement et l’hébergement, les personnes âgées et le handicap sont pertinents et ciblent les populations les plus fragiles. Une fois les diagnostics posés, nous pourrons apporter les soins utiles et laisser, chacun à sa liberté, sur son chemin propre d’émancipation, en particulier ceux qui sont le plus en souffrance sociale. Protéger, en voilà une belle mission, c’est aussi la nôtre !
NDO

Intervention en Conseil municipal du 24.11.16

Point 1 – Rapport sur la situation en matière d'égalité entre les femmes et les hommes
 
Monsieur le Maire,
Chers collègues,
 
L’égalité professionnelle entre les hommes et les femmes, c’est encore pour demain. Le dernier rapport du Forum économique mondial publié le 26 octobre 2016, parle de l’horizon 2186. 170 ans devant nous pour l’égalité salariale réelle !
En France, malgré un certain nombre de lois valables qui s’inscrivent dans la lutte contre toutes les discriminations faites aux femmes, nous ne brillons pas de notre avance, en la matièe : 134ème sur 144 pays considérés.
Malgré quelques progrès, le recul est dramatique depuis 2008, dans quatre domaines : le niveau d'instruction, les opportunités économiques, l'émancipation politique et la santé. Dans les secteurs clés de l'économie "Le fossé entre les sexes, désormais de 59%, est plus élevé qu'il n'a jamais été depuis 2008, en faveur des hommes ». Dans la vie au travail, 5 fois plus que les hommes, les femmes continuent d’exercer des métiers peu qualifiés et mal rémunérés, à temps partiel, «dans le prolongement des tâches domestiques d’exécution» pour ne citer que Pierre Bourdieu.
Pourtant, toujours, en France, des politiques publiques plus volontaristes s’affirment : un service public renforcé afin que les femmes puissent choisir leur travail et travailler à la hauteur de leurs aspirations, tout au long de leur vie (crèches, périscolaire, structures d’accueil à la hauteur de leur temps de travail), parité effective en politique – la France se classe 19ème sur 27. Aussi, égalité de rémunération, travail à temps partiel mieux règlementé et accompagné de mesures complémentaires pour les familles sont attendus. Tout autant attendus, l'accès facilité aux plus hautes fonctions de direction, le partage joyeux des tâches domestiques, partage du congé maternité/paternité, du congé parental, partage de tout.
Encore, éduquer à l’égalité par des actions de sensibilisation le plus tôt possible dans la vie de chaque individu, à l’école notamment. L’élimination des inégalités de genres relève des droits de l’homme et de l’équité. La compétitivité d'une ville, d’un pays dépend essentiellement du talent humain, des capacités de chacun, de son niveau d’éducation et de la productivité de sa force de travail. Les femmes représentent la moitié de la réserve du potentiel de talent de la ville, du pays où elles vivent et dans le monde entier. Qu’il n’y ait aucun doute !
In fine, condition sine qua non pour suivre le chemin d’une société plus juste et plus humaine : que les hommes deviennent de vrais sujets et acteurs, de l’égalité hommes-femmes ! Ce combat doit être également mené par eux, en tout premier chef.
Je nous félicite, donc, de ce rapport qui vise à respecter, au millimètre, les droits de tous les agents de la Ville de Metz, femmes et hommes, hommes et femmes, dans le respect de Loi du 4 août 2014 pour l’égalité réelle entre les femmes et les hommes, et participer au combat contre les inégalités entre hommes et femmes dans les sphères privée, professionnelle et publique. Le combat continue et il appartient à chacun de nous !
NDO

jeudi 27 octobre 2016

Intervention Conseil municipal. 27.10.27

Point 16 – Versements de diverses subventions en faveur de la cohésion sociale
 
Monsieur le Maire,
Chers collègues,
 
La politique de la ville reste un outil d’intervention publique valable et important dans la lutte contre les inégalités sociales. Certains, ici, pointent des insuffisances. Certes, certaines subsistent mais il faut saluer le travail des Services et celui de l’Adjointe Sélima SAADI qui ne fatiguent pas de sillonner les rues des quartiers « Politique de la Ville » dont les habitants, souvent sous-estimés, pourtant porteurs de projets innovants, de vie commune, de partage, capables de revendiquer leur fierté de vivre dans leurs quartiers. Sans cet effort, les autres quartiers et Metz pourrait venir à souffrir, un jour, de retards variés et inadmissibles. Loin des incantations, ce 3ème volet de la programmation du Contrat de Ville le prouve incontestablement.
 
En ce qui concerne plus précisément le projet d'expérimentation sociale pour l'intégration de la population du bidonville Louis le Débonnaire, il convient de rappeler que cette population- les Roms, originaire de la péninsule indienne est présente, en Europe depuis le XIème siècle, c’est dire leur ancienneté ! Il convient de rappeler qu’ils sont près de 15 millions au monde. Enfin, il convient de rappeler que la Commission européenne, en 2011, a défini une politique publique générale d'intégration des Roms pour la période allant jusqu'à 2020 (COM(2011) – 173 final du 5 avril 2011).
 
Ce texte important souligne que "l'inclusion sociale des Roms relève de la responsabilité partagée des institutions et des États membres de l'UE, il est essentiel de mobiliser les autorités locales afin de mettre en place des mesures concrètes qui modifieront les conditions d'existence des communautés rom". Nous sommes, donc, responsables !
La Ville de Metz, comme d'autres villes d'Europe connaît leur présence et les problèmes liés à leur présence. Après des diagnostics sociaux posés et des propositions d'intégration, près de 40 personnes se maintiennent néanmoins sur une parcelle de terrain SNCF, rue Louis le Débonnaire où ils ont obtenu l'autorisation d'y placer leurs cabanes, sans grand espoir d’en sortir, si nous n’intervenons pas.
Sur le site, l'intervention généreuse de citoyens, d'associations et de l'élu –Raphaël PITTI, en charge des urgences sociale, humanitaire et sanitaire a été constante et téméraire. En voici quelques exemples : EMMAÜS a fourni les matériaux pour édifier les cabanes ainsi que les poêles à bois pour assurer leur chauffage. DEMATHIEU & BARD avait déversé des gravats pour ne pas les laisser dans la boue. L'aménagement rudimentaire a eu lieu par la récupération de mobilier et autres matériaux sur le sol. La Ville de Metz a creusé et aménagé les latrines et installé les containers, à l'entrée et la collecte des ordures est assuré. Eau et électricité sont installées depuis le début de l'été 2016. Les associations caritatives assurent l'aide alimentaire en plus de quelques ressources liées à la mendicité.
Malgré cette aide salutaire quotidienne, ces personnes restent dans la plus grande précarité et ne peuvent prétendre à un avenir heureux.
Si la Ville de Metz ne peut pas accueillir toute la misère du monde, elle peut et doit néanmoins en prendre sa part. D'où le choix de ce projet d'intégration et d'insertion dans notre aire urbaine par la formation, l'emploi et la citoyenneté d'une durée expérimentale de 3 ans pour un montant investi de 150 000€, portés par la Ville, la FAP et l'État. Pour qui ? Pour 16 familles, en souffrance. Avec qui ? Avec les partenaires locaux spécialisés, avant de mettre un œuvre une Maîtrise d'Ouvre Urbaine et Sociale (MOUS), il fallait travailler sur un état des lieux. Nous avons fait confiance à un 1er partenaire spécialisé : l'Association 14, à effort égal, avec l'AFAP pour établir un diagnostic du Bâti – 19 900€ Un second acteur dédié et neutre a mérité notre confiance pour poser le diagnostic social l'Association. Il s’agit de l’Association Diagnostic et trajectoires cofinancé par la Ville et la Fondation Abbé Pierre, à hauteur de 9 800€ Travail accompli !
Enfin, l'Association Amitiés Tziganes, connu pour son expertise et son bilan, sur d'autres bidonvilles semblables, comme à Maxéville a été l'opérateur choisi, dans le respect du cahier des charges pointilleux de la MOUS, pour accompagner, chacune des individualités à quitter définitivement la précarité en définissant leur projet de vie. Pour quoi faire ? Pour faire respecter ces personnes comme tous les autres citoyens, « nés libres et égaux en droits ». Comme tous les autres, ils ont le droit à l'éducation, à un logement digne et un emploi stable et rémunérateur.
 
Contredire et en finir avec des préjugés tenaces et discriminants, les éloigner de l'habitude de la loi du plus fort, de l’absence de choix faire leur le triptyque républicain. A Metz, la fraternité existe, celle-ci s'organise même et c’est pour y rester ! Le CCAS de Metz y veille également et le travail hautement militant de Christiane Pallez aussi.
 
« Ce n'est pas dans je ne sais quelle retraite que nous nous découvrirons : c'est sur la route, dans la ville, au milieu de la foule, chose parmi les choses, homme parmi les hommes ». Cette pensée de Jean-Paul Sartre (1947) illustre bien le travail minutieux que nous fournissons, pour ne laisser personne, en souffrance, sur le bord de notre ban communal, pour sincèrement et honnêtement « être homme parmi les hommes ». NDO
 

Intervention en Conseil municipal. 27.10.16


Interventions en Conseil municipal du 27 octobre 2016

Point 6 – AGORA – Actions de préfiguration

Monsieur le Maire,

Chers collègues,

Depuis la pose de cette première pierre le 8 juillet 2016, l’objet AGORA est entré dans la tête des habitants d’un quartier qui s’est projeté sincèrement dans l’avenir. Ce lieu a vocation à devenir un lieu vivant, fait de rencontres, de dialogues, de culture(s), autant pour les habitants du quartier que pour tous les autres messins. Avant sa naissance attendue, le temps de cette belle gestation du projet appartient, donc, à tous. Au cours des travaux et des différentes étapes jusqu’à sa naissance, chacun et tous pourront s’impliquer et participer à la vocation fraternelle de ce lieu de vie.

Un lieu polyvalent, ouvert, accueillant, inclusif, familial et intergénérationnel. Un lieu où chacun trouvera écoute et accompagnement, dans le respect dû à sa personne. Un lieu où les solidarités de fait se feront et se multiplieront. Un lieu de vie où l’accès à la culture sera au RDV. La culture, "ce qui fait autre de chose de nous, que de petits accidents de l'univers"(A. Malraux), pour dépasser sa condition. Cela n’est possible qu’à condition que ses habitants s’approprient l’AGORA, de son A à son Z, sans manquer aucune lettre de son alphabet. « En route vers l’AGORA » est une belle initiative menée par l’AMIS, en amenant les participants de tous les âges, à vivre l’AGORA : B.D., mascottes, reportages, avec l’aide du Centre social G. Lacour, de ce lieu emblématique de passages et de créations, de partage.
Quoi de plus fraternel de la part de la génération pour laquelle nous construisons que de récompenser les ouvriers de leur sueur en offrant la gratitude d’un simple repas ?

Quoi de plus fraternel que de laisser l’innovation s’inviter avant l’heure, dans la vie de la connaissance 2.0 des citoyens, en présence d’intervenants spécialisés pour 2 actions majeures : « Je fabrique mon robot » - merci aux Bibliothèques Médiathèques de Metz de provoquer des interactions et des solidarités sur écrans géants dans des jeux vidéo, sans oublier les arts vivants et les contes et les légendes d’un Novembre imaginaire et égalitaire.

Quoi de plus fraternel que laisser la liberté à 6 résidences d’artistes de co-construire des projets artistiques de valeurs, avec les citoyens habitants pleinement acteurs, mené par Yanina Isuani et sa « Capsule temporelle » et son travail photographique ? La Compagnie Roland et son projet de chorale : faire chanter la naissance et l’émancipation des femmes par les femmes du quartier même ? Encore, la Compagnie Pardès Rimonim, pour collecter des objets sur des supports variés pour exprimer la vie du quotidien, celle de l’Escalier, au cœur de l’école Jean Moulin pour aimer et écrire de la poésie qui sera publiée.
Viracocha-Bestioles et la maternelle Colucci pour travailler en musique, en gestes et sur papier sur le thème du corps et, enfin, Komplex Kapharnaüm pour une déambulation faite de l’histoire sociale de la Patrotte et la raconter fièrement.

Tout le monde a répondu « présent(e) » : associations –APSIS Émergence ; AFEV-, centres sociaux –AMIS et Centre social G. Lacour, sous la conduite éclairée de la Ligue de l’Enseignement, comités de quartiers, habitants pour, ensemble, faire naître l’AGORA, ce lieu de rassemblement. 
27 898€ pour fabriquer de la fraternité, à long terme. Écoutez bien : ça se passe à la Patrotte, avec ses habitants, pour Metz-Nord, devant-les-Ponts et vers tous les autres quartiers de Metz et ses habitants, sans exception. Vive l’AGORA !
NDO

jeudi 29 septembre 2016

Intervention en Conseil municipal du 29 septembre 2016

 
 
Monsieur le Maire,
Chers collègues,
 
« Il n’y a rien de plus puissant qu’une République où l’on observe des lois, non pas par crainte, non par raison, mais par passion »- disait Montesquieu.
A Metz, c’est avec passion que nous avons travaillé au respect de cette loi du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées qui avait 10 ans aux établissements publics recevant du public (ERP) pour devenir accessibles à toutes les formes de handicap.
 
Notre collègue Agnès MIGAUD l’a présenté avec sensibilité et détermination : après les engagements prioritaires sur l’espace public, les transports, les bâtiments, les voiries, d’une première loi importante, la promesse d’égalité a encore besoin de grands nouveaux chantiers. L’ordonnance du 26 septembre 2014 propose un Agenda ambitieux, l’Ad’Ap pour la prochaine décennie, 9 ans exactement pour faire de Metz et de ses ERPs les plus accessibles et les plus surs de France.
 
Dans cet effort constant, je tiens à saluer le volontarisme et le travail dévoué du Pôle Démarche Relations aux Usagers pour permettre à chacun et à tous, un accès égal au service public.
Dans le mandat précédent, 3 Mairies de quartiers ont été intégralement rénovées et créées en tenant compte des exigences d’accès des plus fragiles : Bellecroix, Patrotte et Borny. Dans le cadre de ma délégation et en nous appuyant sur la démarche de certification Qualiville (qui relaye les exigences d’accessibilité), nous avons prolongé ces efforts à l’Hôtel de Ville comme dans tous les autres Mairies de Quartiers : signalétique dédiée aux personnes porteuses de déficiences, marquée au sol, notamment.
 
A l’Hôtel de Ville, en 2015 : création et installation d’une banque d’accueil disposant d’un guichet adapté aux PMR et offrant un pré-accueil dont la présence humaine, aujourd’hui, évite à nos administrés et aux visiteurs de se perdre. Un équipement dont le coût s’élève à 39000€ et non 600 000€ pour ceux qui savent lire parmi les lignes d’un budget général, pour écouter et orienter immédiatement nos usagers.
 
Début 2016 : rénovation de l’espace décès-cimetières, toujours à l’Hôtel de Ville avec des guichets adaptés, à l’accueil des PMR pour garantir davantage de confidentialité. Choix d’une passerelle – 44000€ qui ne dénature pas l’exceptionnalité et la beauté du bâtiment historique qui nous abrite, ce soir, pour amener tous les citoyens à entrer par la même grande porte avant de s’adresser à la Municipalité.
 
En cours, la création d’un espace Multi-services qui sera opérationnel mi-octobre. Il comprendra notamment un guichet spécifiquement dédié à l’accueil PMR qui sera dédié à l’ensemble des services de l’Hôtel de Ville. Un service devant recevoir une PMR n’aura à plus à la faire monter aux étages. A noter que cet espace sera aussi muni du dispositif ACCEO en présentiel (déjà actif à distance à l’Allô Mairie) qui assure une traduction instantanée en langage des signes, à l’attention des personnes déficientes auditives.
 
Fin 2017 et début 2018, c’est le reste des services d’état civil et de formalités administratives qui sera progressivement modernisée, dans la prospective d’un meilleur accueil, notamment des plus fragiles. Ces travaux seront précédés d’une amélioration de l’éclairage du péristyle au cours de l’année 2017 ; mesure recommandée par l’ADAP.
 
Enfin, la mesure dont je suis la plus fière, vous aussi – je n’en doute pas- car la plus emblématique de notre volonté d’accueil et d’amélioration de la Relation aux Usagers est le choix d’installer une passerelle à l’entrée. D’un coût de 44000€, celle-ci ne dénature ni l’exceptionnalité, ni la beauté du bâtiment historique du bâtiment qui nous abrite, pour amener tous les citoyens à entrer par la même grande porte, avant de s’adresser à la Municipalité.
 
14 293 590€ de grands travaux pour les 9 prochaines années dont 264 557€ en cette année 2016, dont 50 000€ pour le Pôle Relations aux Usagers, Qualité et Citoyenneté.
 
De grands travaux, certes, mais sans déviations vers l’égalité. A l’extérieur et à l’intérieur. Tous les Pôles sont concernés et engagés dans cette démarche. Metz respecte chacun de ses administrés, chacune de leurs différences, chacune de leurs difficultés, chacune de leurs demandes. Metz reste à leur écoute, Metz leur répond tous les jours. Metz se préoccupe de leur avenir et le fait, avec passion. NDO