jeudi 28 janvier 2016

Intervention en Conseil municipal du 28 janvier 2016.


Points 8 Association Quattropole : subvention et convention d’objectifs et de moyens 2016.

Points 8 Association Quattropole : subvention et convention d’objectifs et de moyens 2016.
Monsieur le Maire,
Chers collègues,

Depuis l’an 2000, l’idée « Quattropole » a fait son chemin et s’affirme, dans la filiation des petits pas et dans la fabrication commune de solidarités de fait initiées par le visionnaire Robert Schuman, sans oublier Jean-Marie Pelt, qui depuis Metz pensa l’écologie urbaine comme universelle et auquel nous venons de rendre un hommage appuyé et mérité. De la simple lettre d’intention qui fonde la coopération entre 4 villes importantes, Trèves, Luxembourg, Sarrebruck et Metz, de chaque côté de cette frontière maudite jadis naguère mais prédestinée à répondre à la promesse qui a pour nom Europe, Quattropole est désormais une association de droit allemand dont le siège se situe à Luxembourg réunissant 10 élus de chaque ville partenaire afin de choisir des projets communs porteur d’avenir commun ! Si, en 1977 François Mitterrand n’hésitait pas à dire : « Quand l’Europe ouvre la bouche, c’est pour bâiller », ici, à Metz, passionnés par cette promesse européenne, nous n’avons pas pour habitude de bâiller. Si le budget commun reste modeste, il a vocation à devenir plus important, sans l’ombre d’un doute, dans les prochaines années, pour respecter les objectifs assignés et présentés clairement dans cette Motion soumise à l’approbation du Conseil municipal. 
Il s’agit bien de projets concrets qui apportent plus à nos concitoyens, à leur quotidien et à leur bien-être : faciliter leur mobilité en mettant tous les acteurs du transport quand nous savons le nombre de transfrontaliers d’aujourd’hui et celui de demain, investir dans l’économie numérique quand nous savons l’attractivité que cette dernière génère, parier sur le développement et le commerce équitables en préparant l’accueil de la prochaine conférence internationale, en la matière. Encourager la vie culturelle et touristique en organisant la promotion de la beauté que nous avons en commun. Approfondir notre intervention publique dans le champ social, en partageant les expériences valables d’accueil des migrants, au cœur d’une actualité douloureuse, de défense de leurs droits et de celui de tous ceux qui ont ce territoire en partage. Un territoire riche d’avenir dont les atouts ont été longtemps sous-estimés, voire ignorés.
Nous y croyions, nous y sommes et nous allons passer des petits pas schumaniens à de plus grands pas, notamment messins pour faire du Quattropole non plus un petit laboratoire de coopération transfrontalier mais un outil majeur de politiques publiques, bénéficiaires à plusieurs peuples européens.
Le choix de Metz pour la tenue du prochain Sommet franco-allemand, en avril 2016, est une belle occasion pour Metz de faire un très grand pas pour l’Europe !
NDO

 

 

Intervention en Conseil municipal du 28 janvier 2016

Point 3 – Versement des subventions 2016 aux 3 principaux festivals culturels messins

Monsieur le Maire,
Chers collègues,

Les Messins se sont habitués à se retrouver dans les rues de Metz, à de nombreuses manifestations auxquelles la Municipalité leur propose de participer, voire de mettre en oeuvre eux-mêmes. Et c’est dans la joie que les retrouvailles ont lieu, à chaque moment culturel, avec Le Livre à Metz, Le Festival Passages et Hop Hop Hop, en particulier. La joie d’être ensemble et la joie de dépasser, ses disgrâces comme ses limites, d’être mieux avec les autres, dans la Cité, grâce à la littérature et aux écrits, aux théâtres du monde entier, aux spectacles vivants de rue, guidés par la créativité et l’innovation d’une équipe comme celle de l’Association Déracinemoa. Vue du ciel, une généreuse centaine de milliers de personnes sont venues écouter, se confondre à la foule, devenir acteurs même, en respectant tous les fabricants de vie culturelle de cachet messin y compris parmi le tissu éducatif et associatif social. La culture, oui, plus que jamais, dans des espaces prestigieux comme l’Espace Bernard Marie Koltès, mais ouverte et mobile, à d’autres espaces : à l’espace transfrontalier comme aux écoles, leurs préaux et leurs salles de classes, aux foyers et aux clubs séniors, aux hôpitaux, partout où vivent et nous attendent les Messins, au plus proche d’eux.
Les festivals qu’il s’agit, ici, de subventionner et de faire vivre sont l’âme de notre Ville, celle de la démocratie aussi, car « la culture est l’âme de la démocratie », pour citer un ancien 1er Ministre de la France, Lionel Jospin, dans sa Déclaration de politique générale de 1997. La culture a un coût, certes, plus restreint, comme d’autres budgets, impactés par le cadre du Nouveau Contexte Financier, mais n’a pas à se résumer à de l’analyse fermée comptable ou idéologique. Surtout, notre démocratie locale mérite les efforts les plus mobilisés, nos efforts, contre l’ignorance et contre la peur de l’autre. La culture demeure un levier puissant d’émancipation et d’élévation individuelle comme collective, debout contre les déterminismes tenaces d’ordre social, notamment qui enferment les uns et les autres dans certains quartiers, ad vitae eternam, par exemple, ou à les empêcher, où qu’ils soient, de réaliser leur rêve français, n’en serait-ce qu’un morceau.
La culture est bel et bien une chance d’être bien et mieux ensemble.

Enfin, « l’homme de culture doit être un inventeur d’âmes » écrivait le poète Aimé Césaire et nous sommes des hommes et des femmes de culture, à Metz, dans le respect de la singularité de chacun, engagés à animer la vie de Metz, tolérante, belle, prometteuse, faite d’identités culturelles, plurielles, différentes, vivantes et précieuses, garantie d’un avenir commun plus fraternel.

Bravo et Hop Hop Hop !

NDO

vendredi 15 janvier 2016

jeudi 17 décembre 2015

Conseil municipal de Metz. 17.12.2015


POINT 5 – Budget participatif

Monsieur le Maire,

Chers collègues,

Longtemps la participation politique se résumait au seul jour J du vote et seulement identifiée au taux de participation lors des soirées électorales.
Heureusement, de nouvelles formes de démocratie, dites participatives, sont apparues, revendiquées même par les citoyens pour les inclure, enfin, dans les circuits de la décision publique.   

Ici, je l’ai dit, à plusieurs reprises : la démocratie participative est une méthode de travail et, en rien, un miracle. C’est un outil de travail valable pour faire des citoyens des associés de la démocratie locale, la nôtre. Une démocratie locale qui progresse en confiant du budget municipale directement aux mains des Messins. 
 
Contrairement au déclin décrié, sur tous les écrans, ceux des médias télévisuels, des réseaux sociaux et autres lieux d’expression, notamment scientifiques qui crient la fin de la démocratie, la démocratie est bien vivante. Comme elle est vivante, elle évolue, elle se transforme, avec et grâce à ses citoyens, en même temps que ses citoyens.  

Vrai : les taux de participation ne cesse de décliner mais d’autres formes nouvelles de participation civique et politique également. Certains sursauts tel le vote républicain le prouve, dimanche dernier encore, lors de ce second tour des élections régionales 2015. 

La participation regroupe, donc aujourd’hui, un nombre d’acteurs de plus en plus variés et importants, capables d’intervenir utilement et dont les effets de l’action sont immédiatement ou quasi perceptibles par les citoyens, notamment les associations et leur force de mobilisation quand celles-ci s’indignent.  

Le système politique s’en trouve quantitativement et qualitativement plus important au moment où certains acteurs traditionnels, les élis, sont sérieusement mis en cause. Ne pas tenir compte de cette réalité de notre démocratie serait irresponsable car c’est ne pas tenir compte d’une nouvelle citoyenneté émergée qui constitue une chance réelle de refonder l’offre politique, tous ceux qui l’incarnent et le projet de société qu’ils proposent.

Par les temps qui courent, ce n’est pas faire appel à la prudence qu’il convient mais au courage, en ce qui concerne les projets de participation citoyenne : 713 propositions à Metz !

Je salue le courage de Thomas Scudéri et de son équipe, dévoués à faire des Messins, des associés engagés, décisionnaires de l’avenir de Metz.  

 

NDO

jeudi 10 décembre 2015

Elections Régionales 2015, second tour : message de l'avant 13 décembre 2015

A un moment où le danger de voir le FN et son cortège de régressions promises devenir une réalité, au cœur de nos Régions, je refuse de voir le triptyque républicain, celui de la Liberté, de l’Égalité et de la Fraternité renié et effacé parmi les frontons des communes de France.
 
Socialiste, je comprends tous les autres socialistes qui pensent que la bataille n’est pas finie, en se maintenant au second tour, malgré l’appel majoritaire des leurs, de la gauche entière et de la société civile engagée, en ACAL, à se retirer néanmoins.

Ma conviction est forte : le retrait de la liste de Jean-Pierre Masseret, sur laquelle je figure désormais contre mon gré, est une chance véritable si ce n’est une garantie de faire barrage à ces faux patriotes qui refusent de considérer et de vivre avec TOUS leurs compatriotes, c’est-à-dire dans le déni de ce que nous sommes : un pays qui a souhaité et fait, pour les siens, de naissance ou non, des hommes et des femmes libres et égaux en droits. 
   
Dans ces circonstances exceptionnelles, le cœur crevé mais décidé, je voterai Phillipe Richert. Chacun est libre, dans le respect absolu du secret et de la souveraineté de l’isoloir, mais j’appelle à voter Phillipe Richert.
 
Nathalie DE OLIVEIRA