mercredi 3 décembre 2014

lundi 1 décembre 2014

Discours du XXème Congrès du PS portugais des 29-30 novembre 2014, à Lisbonne.

Monsieur le Président du Parti, Carlos César,
Monsieur le Premier Secrétaire, António Costa,
Chères et chers camarades, 
 
Il y a quelque temps, lors d’une réunion du Conseil national, je vous ai demandé plus de fraternité, envers nous, envers les Portugais résidents à l’étranger. Personne parmi vous n’ignore la définition de la fraternité qui fait chaque jour de notre engagement socialiste- cette confiance librement donné à l’inconnu et qui remet le ciel en marche. Ceci ordonne de respecter cette promesse historique des socialistes, la promesse de jours “originels, entiers et limpides” pour voir, toujours, “sur chaque visage l’égalité”.                                            

“Sur chaque visage l’égalité",  c’est le réaliser au Portugal, ici, au dedans et là-bas, au dehors et, ainsi a toujours été le Portugal. Si certaines questions difficiles, encore sans réponses restent suspendues au ciel du pays bleu comme : finalement, qui est Portugais ? Qui sommes-nous ? Comment définir notre lien au Portugal, vous et nous ?, nous reconnaissons, oui, la sincérité de votre fraternité engagée à changer désormais un paradigme erroné, parce qu'injustement péjoratif, mais profondément enraciné au Portugal, en ce qui nous concerne : nous, les Communautés. Rien de mieux qu’un travail militant commun pour contribuer au retour de la grandeur de notre histoire, où chacun a sa place, dans la multiplicité qui nous caractérise, au Portugal et partout dans le monde. Être portugais, c’est être TOUT– le génie de Fernando Pessoa est aussi le nôtre !

Pour la Circonscription Europe, je vous avoue que notre responsabilité est grande : travailler pour vous donner deux députés socialistes à l’Assemblée !
 
En Europe, nous avons véritablement un travail historique à réussir vis-à-vis des Communautés portugaises en profitant de l’avantage que nos migrants ont été européens bien avant les autres et qu’ils continuent de l’être, inscrits dans cette dynamique d’européisation des peuples. Comment ? En soutenant le travail des Sections, dans l’interaction de celles-ci. En ce sens, sachez qu’il existe un portail Web européen et mondial conçus par “l’ingénierie luso-allemande” (Section de Münster) pour une meilleure interaction et un travail réciproque renouvelé. Il nous manque une Fédération pour mieux militer avec vous de façon quotidienne, moderne, efficace, mieux articulée et coordonnée. Quand : maintenant ! Pourquoi faire ?
Pour continuer, unis, à contredire tous les fatalismes et  transformer des destins, toujours, ici et là-bas.
 
Nous avons besoin de votre passion et non de votre compassion, afin de réaliser 4 priorités, parmi de nombreuses autres que nous présenterons bientôt au 1er des Socialistes :

  - Nommer un(e) Secrétaire national(e) pour la Circonscription Europe, et un(e) autre pour la Circonscription Monde ainsi qu’un(e) Directeur(trice) pour les Communautés qui viennent et connaissent le terrain, c’est-à-dire, autant de l’Europe que du monde. 
 
- 4 députés, pour presque 6 millions de Portugais quand la France a offert récemment 12 Sénateurs, 11 Députés de l’étranger et une Assemblée des Français de l’étranger qui compte 90 conseillers consulaires et 443 membres consulaires pour 1,8 millions des siens ? 1 député supplémentaire pour chaque Circonscription ne serait-il pas plus juste, interrogeons-nous ?
 
- Renforcer un réseau diplomatique et consulaire qui souffre d’un manque criard de personnel.
 
- Se dédier, à nouveau, à l’enseignement de la langue portugaise, à notre histoire et à notre culture car ce nouvel Agenda pour une décennie exige un rôle autrement valorisé vis-à-vis de l’Institut Camões. La Lusofonie, c’est nous également tout autant que les membres de la CPLP.
 
Les voyages de ceux qui mettent en location leurs bras, leurs mains et leurs têtes continuent, beaucoup d’entre eux sont Portugais, sans forces ni ressources pour lutter contre des entités privées qui, elles, continuent d’enchaîner un pays à coups d’intérêts et qui écrasent froidement et définitivement notre démocratie.  Notre responsabilité ne s’arrête pas aux frontières de naguère de Chaves et de Vila Formosa, notre responsabilité est de rendre le pain et les rêves à un pays tout entier, ici et là-bas.
 
Nous sommes les enfants de l’Aube, ceux du XXIème siècle. Ils ont brutalement fauché les oeillets du Portugal et des Communautés. Nous savons qui ils sont : l’actuel gouvernement du Portugal ! Nous devons en planter d’autres, de toute urgence, plus robustes pour cette nouvelle décennie de travail. Nous sommes militants, ceux qui ont“une rose rouge ouverte dans le coeur et qui n’ont besoin de rien d’autre"  pour affronter les moments troublés et violentés de leur histoire. Nous, les militantes, sommes l’épée de la Justice, et l’épée de la Justice n’a pas de fourreau... Il y a encore beaucoup de personnes qui ont besoin de nous, les Socialistes, pour vivre librement et dignement!

 
Nous sommes tous Portugais! Nous sommes tous socialistes !
 
Vive le PS!
Vive A. Costa!
Vive les Communautés!
Vive le Portugal!
 NDO

samedi 29 novembre 2014


XX CONGESSO NACIONAL DO PARTIDO SOCIALISTA

Lisboa, a 29-30 de Novembro de 2104

“Agenda para uma década”

Caro Presidente do Partido, Carlos César,

Caro Secretário Geral, António Costa,
Caras e caros camaradas,

Há tempos, no decorrer de uma reunião de trabalho da Comissão nacional, tinha-vos pedido  fraternidade para connosco, para com os Portugueses residentes no estrangeiro, as ditas Comunidades. Nenhum de vós ignora a definição da fraternidade que faz de cada dia o nosso compromisso socialista – aquela confiança livremente entregue a estranhos e que repõe em movimento o céu inteiro. Isso ordena cumprir com uma promessa histórica dos socialistas, a promessa de dias, “iniciais, inteiros e limpos” para ver, sempre, “em cada rosto igualdade”.

 "Em  cada rosto igualdade”, é cumpri-lo em Portugal, cá dentro e lá fora e assim sempre foi Portugal. Se algumas perguntas difíceis ainda sem respostas pairam no céu do país azul como: Afinal, quem é português? Quem somos? Como definir a nossa ligação com Portugal, vós e nós?, reconhecemos sim a sinceridade da vossa fraternidade empenhada em alterar doravante um paradigma errado, porque injustamente pejorativo, mas profundamente enraízado em Portugal, no que diz respeito a nós: às Comunidades. Nada como um trabalho militante comum para contribuir para o retorno à grandeza da nossa história, onde todos tenham o seu lugar, na multiplicidade que sempre nos caracterizou, em Portugal e em todo o mundo. Ser português, é ser TUDO – o génio de F. Pessoa é também nosso!

Pelo Círculo da Europa, confesso-vos que a nossa próxima responsabilidade é grande: trabalhar para dar dois Deputados socialistas à Assembleia da República!

Na Europa, temos verdadeiramente um trabalho histórico para cumprir na matéria das Comunidades aproveitando da vantangem de que os nossos migrantes foram europeus bem antes dos outros e que continuam a sê-lo na dinâmica de europeização dos povos. Como? No trabalho das Secções, nas interações de todas as mesmas. Para isso saibam que existe um portal europeu e mundial concebido pela « engenheria luso-alemã » (Secção de Münster) para proporcionar melhor interação e trabalho mútuo. Falta-nos uma Federação para militar convosco de forma diária, moderna, eficaz, melhor articulada e coordenada. Quando: já! Para quê? Para continuarmos unidos a contradizer qualquer forma de fatalismos e  transformar destinos, sempre, cá e lá.

Precisamos mais de paixão do que compaixão para connosco, precisamos de vós para realizar 4 prioridades, entre outras mais numerosas que apresentaremos ao Secretário Geral:


- Nomear um(a) Comissário(a) nacional Pela Europa e outro(a) pelo Mundo e um(a) Diretor(a) para as Comunidades que venha do terreno e conheça o terreno ou seja tanto Europa como o mundo.


- 4 deputados, para quase 6 milhões de Portugueses quando França ofereceu recentemente 12 senadores, 11 Deputados e um Conselho mundial de 90 assesores consulares e 443 conselheiros consulares para 1,8 milhões dos seus? 1 deputado suplementar para cada Círculo não seria mais justo, perguntamos nós?

- Fortelecer uma rede diplomática e consular que sofre de uma gritante falta de pessoal.

- Voltar a dedicar-se ao ensino do Português, da sua História e Cultura, a nova década exige um papel acrescido para o Instituto Camões. A Lusofonia somos nós também além da CPLP.

Continuam as viagens de quem entrega braços, mãos, e cabeças por alugar, muitos deles Portugueses, sem forças nem recursos para lutar contra entidades privadas que acorrentam ainda o país com juros e pisam fria e definitivamente a nossa democracia. A nossa responsabilidade não pára nas fronteiras de outrora em Chaves e em Vila Formosa, a nossa responsabilidade é devolver o pão e os sonhos a uma país inteiro, cá e lá.  

Somos filhos da madrugada, os do século XXI. Esmagaram brutalmente os cravos de Portugal e das Comunidades. Sabemos quem: o Governo atual de Portugal! Cabe-nos plantar outros, urgentemente, mais robustos para esta nova década de trabalho.  Somos militantes,  aqueles que têm “uma rosa vermelha aberta dentro do peito e que não precisam de mais nada”

para efrentar  momentos túrbios e violentados da sua história. Somos nós, os militantes, a espada da JUSTIÇA e a espada da justiça não tem bainha... Há ainda quem precisa muito de nós, os socialistas, para viver livre e dignamente!



Somos Portugueses! Somos Socialistas!
Viva o PS!
Viva A. Costa!
Viva as Comunidades!
Viva Portugal!

Nathalie De Oliveira

jeudi 27 novembre 2014

Intervention en Conseil municipal de Metz. 27.11.2014


Monsieur le Maire,

Chers collègues,

Il y a des jours où notre engagement politique prend tout son sens. Après ces heures généreuses et éclairées de débat sur le DOB 2015 où il banal de trouver l’opposition opposée, je partage volontiers, avec vous maintenant, les succès de la DRU. Les chiffres sautent aux yeux et parlent d’eux-mêmes : non seulement nous sommes à l’écoute des Messin(e)s mais aussi désormais installés dans un dialogue réciproque et au quotidien. Nous avons déployé de nouveaux services de haute valeur ajoutée et ne l’ignorez donc plus, la DRU c’est, dans ses grandes lignes plus de 150 mille appels depuis sa création, c’est-à-dire une moyenne de dix mille appels entrants dont la défaillance du domaine public restent dans la petite case des 3%, c’est plus de 3,5 millions de vues de www.Metz.fr et plus de 70 mille actes dématérialisés, traitées en moins de 48h Tout ceci nous a valu la certification nationale « Qualiville », une autre fierté pour Metz. Continuons cet effort !

Nous sommes à l’écoute de tous les Messin(e)s, y compris ceux qui sont porteurs de handicaps injustes. L’égal accès à nos services publics est un but majeur : ACCEO est venu pallier l’absence ou la difficulté de dialogue avec les sourds et malentendants et qui nous a valu un autre trophée national, celui de « Ville citoyenne et Service public », décernée par l’APAJH, le 17 novembre dernier.

Continuons cet effort !

Aujourd’hui, nous souhaitons aller jusqu’au bout de la DRU en instituant un Médiateur municipal, en la personne de Monsieur Alain KIEFFER, reconnaissant la faillibilité, quoique rare, de notre administration envers nos usagers. Nous offrons donc une voie de recours aimable pour permettre à nos concitoyens de trouver une solution en cas de litige ou de désaccord avec un service municipal et d’éviter d’éventuels recours judiciaires coûteux. Le Médiateur formulera également des propositions de réforme de l’Administration ou d’amélioration des règlements et pratiques pour prévenir les litiges. Cela entraîne une adhésion modeste (200€) au réseau national de l’AMCT (Association des Médiateurs des Collectivités Territoriales), simplement parce que l’avenir ne se fait pas isolé de tout et de tous.

La Motion est hautement complète pour rassurer vos doutes éventuels sur la qualité des services rendus, chaque jour, aux Messin(e)s et la Motion est en conséquence. NDO

mardi 18 novembre 2014

Message de Victor Ponta

 
Bonjour à tous les roumains, de Roumanie et du monde entier,
Je suis Nathalie De Oliveira, actuellement Maire- adjointe à la Ville de Metz.
Je suis une fille du « Salto », une enfant de ce pas clandestin des immigrés portugais de la fin des années 60 vers la France, partis à la conquête d’une vie meilleure, loin de la dictature et des guerres coloniales. Depuis, le peuple portugais a reconquis la liberté pour tous les siens et mes parents comme leurs enfants, nés à l’étranger, pour une majorité d’entre nous sont restés à l’étranger. Ils ont acquis d’autres nationalités et ont participé à l’effort de progrès et d’égalité des pays où ils vivent sans renoncer à leur pays d’origine. Plusieurs millions résident « dehors » : nous sommes plus de 6 millions à servir l’intérêt général de deux pays.
Je suis engagée en politique, aux côtés du Parti socialiste français, portugais et tous les autres partis frères qui ont lutté pour respecter et réaliser ce leitmotiv historique « sur chaque visage l’égalité » !
La Roumanie, comme le Portugal est un pays qui a vu les siens partir. Le Portugal a toujours considéré les siens en protégeant, au mieux, un réseau consulaire vaste et l’enseignement de la langue portugaise partout dans le monde. Si les Portugais ont peu voté car le droit vote, dans les pays d'accueil en Europe, leur a été accordé après le Traité de Maastricht, seulement à partir de 2001. Depuis, ils votent de plus en plus, à chaque échéance électorale et souffrent de ne pas avoir pu voter dès leur arrivée « ailleurs ».
Ils ont désiré et parlé d’Europe bien avant tout le monde. Ils se sont sentis et vécus européens, en vivant dans un pays comme dans l’autre, bien avant tous les autres européens. Et continuent de choisir les députés qui les représentent et leur Président de la République, ce que vous apprêtez à faire dimanche 16 novembre.
Ils vous ont compris, pendant cette attente patiente qui a été la vôtre pour devenir membre de l’Union européenne, vous dans les années 90 et eux, dans les années 80. Nous sommes donc européens, ensemble, décidés à faire destin commun, au cœur d’un monde complexe.
Je suis restée portugaise, je suis devenue française, je me sens aussi roumaine, grâce à Alexandra Carstea qui a tant œuvré pour défendre la cause des Roumains de l’étranger. J’espère aussi sincèrement qu’elle, la victoire de Victor Ponta. Vous avez votre mot à dire sur l’avenir de la Roumanie, le vôtre, celui des Roumains de Roumanie et de tous les autres que la vie a appelé à habiter l’Europe et le Monde. Victor Ponta défend une vision et un programme qui reconnaît chacun et tous, qui s’engage pour chacun et tous.
La politique, c’est s’occuper de la vie et c’est une chance que, chacun doit saisir !
Allez voter, pour une Roumanie Unie et Forte !
Vive Victor Ponta !
Vive la Roumanie ! 
NDO
-----------------------------------------------------------------------
 
Buna ziua tuturor romanilor din Romania si din toata lumea !
Sunt Nathalie de Oliveira, in prezent Vice-primar al orasului Metz.
Sunt o fata de « Salto », un copil al pasilor clandestini ai imigrantilor portughezi de la sfarsitul anilor ’60, plecati in Franta in cucerirea unei vieti mai bune, departe de dictatura si de razboaiele coloniale.
De atunci, poporul portughez si-a recastigat libertatea pentru toti ai lor , iar parintii mei, la fel ca si copiii lor nascuti in strainatate, in mare parte au ramas in afara tarii. Au primit alte nationalitati si au participat la efortul comun al progresului si al egalitatii statelor in care traiesc, fara sa renunte la tara lor de origine.
Mai multe milioane traiesc acum in afara tarii: suntem mai mult de 6 milioane care servim interesului national a doua tari.
Sunt implicata in politica, alaturi de partidul socialist francez, portughez si alaturi de toate celelalte partide surori care au luptat pentru respectarea si indeplinirea acestui laitmotiv istoric: « pe fiecare chip, egalitatea! »
Romania, la fel ca si Portugalia, este o tara care i-a vazut plecand pe ai sai. Portugalia a avut grija mereu de oamenii sai protejandu-i, cat mai bine, intr-o retea consulara vasta si prin invatarea limbii portugheze peste tot in lume. Daca portughezii au votat putin, este pentru ca in tarile de rezidenta din Europa, acest drept le-a fost acordat dupa Tratatul de la Maastricht, in 2001.
De atunci, ei voteaza din ce in ce mai mult, cu fiecare ocazie electorala si sufera ca nu au putut vota inca de la venirea lor in tarile de resedinta.
Si-au dorit si au vorbit bine de Europa in fata intregii lumi. S-au simtit si au trait ca europeni, traind intr-o tara, la fel ca in alta, inaintea tuturor europenilor. Si continua sa isi aleaga deputatii care ii reprezinta si pe presedintele republicii, ceea ce va indemn sa faceti duminica, 16 noiembrie.
V-au inteles in timpul acestei asteptari rabdatoare pe care ati avut-o pentru a deveni membri ai Uniunii Europene, voi in anii ’90, ei in anii ’80. Suntem asadar europeni, hotarati ca impreuna sa realizam destinul comun, in mijlocul unei lumi complexe.
Am ramas portugheza, am devenit cetatean francez, ma simt de asemenea romanca datorita Alexandrei Carstea, care a luptat atat de mult pentru a apara cauza romanilor in afara tarii. Sper de asemenea, din suflet, in victoria lui Victor Ponta! Aveti un cuvant de spus pentru viitorul Romaniei, al vostru, al romanilor din Romania si de peste tot pentru ca viata v-a chemat sa traiti in Europa si in lumea intreaga.
Victor Ponta apara o viziune si un program care ne priveste pe fiecare in parte si pe toti, care se angajeaza pentru fiecare dintre noi si pentru toti !
Politica inseamna sa te ocupi de viata si este o sansa pe care fiecare trebuie sa o apuce !
Mergeti sa votati pentru o Romanie UNITA si PUTERNICA !
Traiasca Victor Ponta !
Traiasca Romania !
NDO